En Une d’ABS Magazine

« Pour son deuxième album, «The Muddy Gurdy Mississippi Project», le trio d’Hypnotic Wheels, Tia Gouttebel (guitare-chant), Marc Glomeau (percussions) et Gilles Chabenat (vielle), est parti enregistrer dans le North Mississippi Hill County et le Delta, avec des descendants de bluesmen emblématiques de la région: Cedric Burnside (petit-fils de R. L.), Sharde Thomas (petite-fille d’Otha Turner), Cameron Kimbrough (petit-fils de Junior) et Pat Thomas (fils de James Son).

« Le sociologue, chercheur et journaliste Scott Barretta –une référence s’il en est– a déjà dit de cette aventure aux musiciens d’Hypnotic Wheels: «Ce qui rend votre projet unique est que vous n’êtes pas venus ici juste pour “prendre”, mais pour donner et partager, en amenant un élément de votre culture.»

« Le choix des lieux, les conditions nomades d’enregistrement, l’apport d’un élément culturel de nos folklores inconnu dans le Mississippi (la vielle), la générosité de chacun a fait de cette aventure musicale et humaine un moment rare et unique qui nous est conté –fait exceptionnel et c’est un choix de notre rédaction– de l’intérieur, par l’un des musiciens. Les quelques aperçus que vous aurez en lisant cet article, que ce soit par les mots, les supports audio ou vidéo qui l’illustrent, ne pourront à mon sens que vous mettre l’eau à la bouche.

« C’est une formidable histoire avec, à la clé, un enregistrement à venir d’une totale originalité, qui promet beaucoup. Plus que jamais, l’aide au financement d’un projet n’aura autant  été en adéquation avec la passion que nous avons pour cette musique et l’envie qu’ont les lecteurs de cette revue online de participer à la pérenniser. Parce qu’il est nécessaire de financer le mixage, le mastering, le graphisme de la pochette et la fabrication de ce disque, nous faisons appel à votre générosité en vous invitant à participer –quelle que soit la somme– et devenir co-producteurs de l’album, via un versement sur GoFundMe. Nous vous remercions par avance. »

Par Marcel Benedit, dans ABS Magazine.

Lire l’éditorial complet de Marcel Bénédit et l’article de Marc Glomeau.

Un article dans The Panolian

For one group of French musicians, playing music isn’t just the end goal. Rather, their pursuit of creating music is intricately tied to a working philosophy that continually drives rich sensibilities about people, places and culture. And lately, right here in Mississippi.

But why?

The group, Hypnotic Wheels, arrived in Como, Mississippi last week and will spend the next two weeks traveling the Hill Country and Delta working on a project that hopes to further identify the cultural and musical commonalities between rural Mississippi blues musicians and rural French folk musicians, both whose music is born from a place of necessity rather than luxury. […]

Lire l’article (en anglais) de Karen Ott Mayer dans The Panolian

 

Le Muddy Gurdy Project
relayé par France Blues

Muddy Gurdy Mississippi Project, c’est la rencontre de deux cultures rurales jusqu’alors jamais associées, celle du North Mississippi Hill Country et celle du Centre France à travers la vielle (hurdy-gurdy en anglais).

Premier invité, le grand Cedric Burnside, un jeune musicien, héritier de la pure tradition North Mississippi Hill Country Blues et petit-fils de RL Burnside. Il en est ressorti un grand moment d’humanité, de respect et bien sûr de groove et de dirty sound!

France Blues relaie la formidable aventure de Muddy Gurdy Mississippi Project lancée par Hypnotic Wheels, dans un post intitulé « Tia Gouttebel et Hypnotic Wheels en route pour un projet original dans le Mississippi… »

Voir la publication, avec vidéo, sur France Blues

Tia: le blues à l’âme

Parallèlement aux projets d’Hypnotic Wheels, Tia, la chanteuse et guitariste du groupe prépare un troisième album, qui sera enregistré à l’automne. Jean-Paul Boithias lui consacre un article, alors qu’elle vient de rentrer des Etats-Unis.

Photo Roland Dumoulin

Son truc à elle, c’est le blues. Ne lui demandez pas pourquoi. C’est comme ça. La musique ne s’explique pas. Elle se vit. Tia vient d’ailleurs tout juste de rentrer des Etats-Unis. Un nouveau séjour de deux semaines. Pour tout musicien et chanteur de blues qui se respecte, le voyage outre-Atlantique est un passage obligé. Les origines. L’histoire. Memphis, Tennessee. Le Mississippi… Tout là-bas respire le blues. « La musique est partout. Elle est ancrée dans le quotidien des gens », souffle Tia Gouttebel, des étoiles encore plein les yeux.

Article complet dans Info Magazine

 

« Une étonnante authenticité »

151210 Hypnotic Wheels La Montagne
« Un groupe à suivre absolument. » – Photo Léonard Alain.

Ceux qui pensaient venir écouter un blues figé dans ses douze mesures, et usé à force d’être remis à toutes les sauces, ont été surpris par Hypnotic Wheels, programmé en clôture du 21e festival Les Automnales. Cent pour cent auvergnat, le groupe s’avère d’une étonnante authenticité, alors qu’il mêle allègrement les thèmes lancinants du Mississippi ou enlevés de Chicago, aux rythmes envoûtants de l’Afrique, et aux sons aigrelets d’une vieille à roue de nos campagnes. Ce mélange fait mouche, savamment dosé par Tia Gouttebel (guitare électrique), Gilles Chabenat (vielle) et Marc Glomeau (calebasse et autres percussions).

« Ils jouent un blues à saute-frontières », titre La Montagne, après le concert d’Hypnotic Wheels le 30 novembre à La Sauvetat (Puy-de-Dôme), en clôture du festival Les Automnales.

« Un groupe à suivre absolument », ajoute même l’auteur de l’article dans la légende de la photo, prise pendant les balances.

La Montagne logo

« Une transe perpétuelle »

Hypnotic Wheels CD

«Créé sur une idée originale du percussionniste Marc Glomeau de réunir la chanteuse guitariste Tia (prix Cognac Blues passions 2012) et le vielliste Gilles Chabenat, Hypnotic Wheels propose un univers singulier et onirique puisant aux sources des musiques afro-américaines et du Centre de la France.
L’improbable association de la vielle et de la calebasse africaine, illuminée par la guitare et la voix de Tia, génère un son inédit, celui d’une transe perpétuelle —­d’où son nom— nourrie de pulsations technoïdes martelées à la calebasse. Basses et autres riffs distordus de la vielle tournent comme des astéroïdes autour d’une voix envoûtante.»

 

Le Transfo Art Culture Auvergne annonce la sortie du premier album d’Hypnotic Wheels.

Lire l’article sur Le Transfo

 

Chaud, l’électro blues!

Le festival Jazz dans le Bocage s’est poursuivi ce jeudi soir avec Hypnotic Wheels en première partie dans une salle des fêtes de Noyant surchauffée (260 personnes).

Le trio a marié le Mississippi de Bo Diddley et l’Afrique du Nord, car « le blues existe dans toutes les cultures ». La vielle (électroacoustique) a répondu à la guitare électrique (transfigurée par la pédale wah-wah) et aux calebasse et micro-Korg pour une sorte d’électroblues aux rythmes lancinants zébrés de fulgurances acoustiques. « See Line Woman » (Nina Simone), « Feelin’ Good » ou « Down in Mississippi » ont créé l’ambiance.

La formule guitare-vielle-calebasse, ça fonctionne avec Tia Gouttebel, Gilles Chabenat et Marc Glomeau!

Centre France / La Montagne, 14 mai 2015

Hypnotic Wheels La Montagne 150514

 

4 étoiles pour l’album

Hypnotic Wheels - Blues Mag 76 avril 2015-1

Ne pas se fier à sa frêle silhouette: Tia (alias Laetitia Gouttebel) est bel et bien une pétroleuse. Non contente de s’être affirmée à la force du gosier et des poignets sur les scènes (doublements machistes) des festivals et clubs des deux parts de l’Atlantique, l’Auvergnate se lance un nouveau défi d’envergure.

Après avoir, à la tête de ses Patient Wolves, déjà enregistré deux albums de blues électrique de haute volée (et remporté de nombreux prix, parmi lesquels celui du Blues Passions de Cognac), l’impavide bretteuse aurait pu se contenter de creuser le même sillon. Au contraire, la voici qui prend aujourd’hui le risque de déconcerter: «Sortir du Chicago blues, élargir mon répertoire, c’est ce à quoi j’ai travaillé ces dernières années. Le blues ne peut se cantonner à un seul style: jazz-blues, gospel, funk, blues du Mali, il y a bien des univers auxquels on peut coller l’étiquette du blues», déclarait-elle récemment…

Voici donc le fruit de cette nouvelle quête. Sur le plan instrumental, la mouture présente déjà de quoi étonner: l’association de la calebasse africaine et de la vielle à roue électro-acoustique avec la voix et la guitare n’a, en effet, jamais été tentée à ce jour. Et si des rencontres entre blues et musiques électroniques l’ont certes précédé (Amor, Nu-Blues, voire Moby!), Hypnotic Wheels pousse quand-même le bouchon quelques crans plus avant. Imaginez le « Voodoo Child » de qui-vous-savez transposé en gigue, où funk et accents celtes se cambreraient de concert, ou encore le classique « Sitting On Top of The World » enfourchant subitement des rythmes maliens pour aller se déhancher au fest-noz! L’incantatoire gospel « Sometimes » de Bessie Jones conclut avec panache cette invitation à briser les barrières.

Si cet improbable trio passe par vos contrées, ne ratez pas leur caravane: leur carte de visite s’avère en effet aussi convaincante que surprenante.

— Patrick Dallongeville, Blues Magazine #76, avril-juin 2015

Hypnotic Wheels - Blues Mag 76 avril 2015-2

Aussi inattendu que réussi

Bien malin celui qui parviendra à mettre une étiquette sur ce premier effort éponyme, d’autant que pour mieux brouiller les pistes, Hypnotic Wheels y apporte des cachets improbables qui vont du rock progressif à la world malienne en passant par les incantations vaudou, par des sonorités indiennes planantes au possible […] par des échanges dignes des marchands de la place Jemaa El-Fna, par un blues rural qui sent à plein nez les worksongs et les champs de coton…

Fred Delforge, Zicazine, 23 février 2015

 

Hypnotic Wheels - Zicazine Fevrier 2015